Communautaire

Journal communautaire La Rafale

« On doit repartir sur une nouvelle base »

— Gilles Breton, maire de Saint-Raphaël

Le maire de la Municipalité de Saint-Raphaël s’est commis, le 21 février, lors de l’assemblée générale des membres du Journal communautaire La Rafale en appelant au dialogue entre les deux parties. Un conflit larvé avec le journal communautaire depuis plus d’un an a mené la Municipalité à lancer en janvier dernier un bulletin municipal en partie à la charge des contribuables. L’autre partie du financement sera payée à même le bassin d’annonceurs de Saint-Raphaël déjà puisé par La Rafale.

par Raynald Laflamme

La présence du maire Breton et de deux conseillers municipaux a permis à la quarantaine de membres présents de constater qu’un large fossé s’est creusé entre les attentes du conseil municipal sur le plan des coûts et des contenus et les obligations financières du journal communautaire.

« On va essayer de travailler ensemble. En tout cas, moi c’est le but que je recherche. », a fait valoir le maire Breton.

assemblée des membres du journal La Rafale
Une quarantaine de personnes ont assisté à cette importante assemblée des membres. Ils ont reconduit le conseil en place : Ronald Roberge, président ; Denise Blais, vice-présidente, Jacqueline Picard, secrétaire-trésorière ; Irène Tanguay, Diane Ouellet et Chantal Brisson, administratrices.

La conseillère Louise Aubé et le conseiller Jérôme Carrier ne se sont pas prononcés publiquement sur cette ouverture au dialogue prôné par le maire. Le conseiller Carrier a toutefois, à plusieurs reprises, demandé au conseil d’administration de La Rafale de ne pas « démoniser » le conflit. Même son de cloche du côté du maire : «On n’est pas ici pour faire un procès», a-t-il lancé pendant que le président de la Rafale, Ronald Roberge, lisait l’historique des échanges entre lui et la Municipalité.

« Ça ne sert à rien d’aller brasser ça.»,

ce à quoi des voix se sont élevés dans la salle communautaire pour signifier leur intérêt à connaître le fin mot de l’histoire.

De la place pour un seul média

Le maire Breton trouve inconcevable que deux médias desservent la population de Saint-Raphaël.

« On ne peut pas continuer comme ça », reconnaît-il.

L’appel au dialogue vient d’être lancé. En mars, cela n’empêchera pas la Municipalité de Saint-Raphaël à poursuivre son aventure média avec son propre bulletin municipal.

le directeur général de l'AMECQ, M. Yvan Noé Girouard

Invité par le conseil d’administration du journal La Rafale, le directeur général de L’AMECQ, Yvan Noé Girouard a pris la balle au bond devant l’appel au dialogue lancé par le maire de Saint-Raphaël, Gilles Breton.

De son côté, La Rafale fait ce qu’elle sait faire de mieux de plus de 30 ans : un journal pour la communauté de Saint-Raphaël. Son édition communautaire de mars a été produite avec en main un nouveau contrat d’impression négocié avec le CFER. L’entreprise-école a pignon sur rue à Saint-Raphaël, ce qui a valu les applaudissements de la salle, alors que la Municipalité fait produire son bulletin municipal dans la municipalité voisine d’Armagh.

Partagez cet article
Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *