Municipal

La Municipalité reçoit l’aval de Québec

La Municipalité de Saint-François-de-la-Rivière-du-Sud s’est vu confirmer sa demande d’aide financière au Gouvernement du Québec pour l’installation d’un monte-personne à la Maison de la paroisse. L’aide représente 80% des coûts admissibles jusqu’à concurrence de 100 000 $. Les travaux pourraient être exécutés l’an prochain.

Le conseil municipal ira donc de l’avant avec ce projet. Le besoin avait été exprimé par les personnes âgées. Ils avaient été consultés lors de la mise à jour de la politique des aînés dans le cadre du Programme de soutien à la démarche MADA.

Le PRIMADA

Le projet avait d’abord été déposé lors de l’appel de projet 2018 du Programme d’infrastructures Québec-Municipalité (PIMQ). C’est plutôt du côté du Programme d’infrastructures Municipalité amie des aînés (PRIMADA) que la bonne nouvelle est venue. Une réorganisation au Gouvernement du Québec des programmes d’aide financière avait sonné la fin du PIQM.

À court terme, la Municipalité contactera l’architecte au dossier afin qu’il dépose une offre de service pour la production des plans et devis finaux en vue du dépôt au PRIMADA d’une mise à jour du montage financier. Pour l’instant aucun chiffre n’a été avancé publiquement.

Le monte-personne ne fait l’unanimité

Le choix d’un monte-personne pour répondre à mobilité des personnes du troisième âge qui utilise la Maison de la paroisse ne fait pas l’unanimité. Son principal opposant, M. Jacques Boulet, en connaît les limites. Il a dû composer avec cet équipement installé au pavillon Frédéric-Auguste-Oliva. Ce choix d’équipement s’était imposé lors de la transformation de l’ancien presbytère en unités de logements destinées à des aînés à revenu faible ou modeste.

C’est ce monte-personne qui a été installé au pavillon Frédéric-Auguste-Oliva.

Jacques Boulet trouve le monte-personne peu rapide et difficile d’utilisation au contraire d’un ascenseur. Ce dernier équipement pourrait desservir l’ensemble des 4 étages de la Maison de la paroisse alors que le monte-personne, selon la réglementation en vigueur au Québec, est limité à trois étages. D’autre part, il fait valoir que si la Municipalité arrêtait son choix sur un ascenseur, elle pourrait se prévaloir d’une aide financière de 40% des coûts en provenance du ministère de la Culture.

La Municipalité a fait son nid

Bien qu’elle laisse planer que « l’idée [un ascenseur] sera mentionnée et discutée avec l’architecte avant de déposer le projet final », la Municipalité a déjà fait son nid.

La Maison de la paroisse est située sur un site patrimonial. La Municipalité en tant que propriétaire de l’édifice peut faire les travaux qu’elle souhaite à l’intérieur du bâtiment. Par contre, pour des travaux à l’extérieur du bâtiment, elle doit composer avec les exigences du ministère de la Culture. Ceci se traduira nécessairement par une augmentation des coûts. Une discussion à ce sujet avec le maire Frédéric Jean laisse présager que la Municipalité ne réalisera pas un projet d’ascenseur à la Maison de la paroisse, lequel nécessite des travaux extérieurs.

Partagez cet article
Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *