Municipal

Installation d’un CPE

La Municipalité veut toujours un CPE sur son territoire

La Municipalité de Saint-François-de-la-Rivière-du-Sud a relancé en janvier auprès de la nouvelle députée de Côte-du-Sud, Marie-Ève Proulx, son désir d’implanter un CPE sur son territoire.

par Raynald Laflamme

À l’invitation de L’Écho de Saint-François à donner un suivi au projet d’une antenne du CPE Enfant-Bonheur qui avait été réclamé l’été dernier par les municipalités ouest, le maire a déploré qu’aucune réelle écoute de la part des dirigeants du CPE n’ait pu faire renverser la décision du ministère de la Famille. La règle du 5 km de distance de la maison-mère a eu raison du projet d’un satellite du CPE Enfant-Bonheur dans l’ouest de la MRC. Le journal coopératif L’Oie Blanche rapportait le 22 janvier que la nouvelle installation sera implantée à Montmagny.

Selon ce que laisse entendre le maire Frédéric Jean, le projet se faisant à Montmagny, la région perdrait 23 places.

« À Saint-François, nous avons deux services de garde en milieu familial, 750 emplois directs, 60 postes ouverts, un taux de natalité le plus haut dans la MRC et une moyenne d’âge à 35 ans, ça prend ça pour notre développement. »

Une oreille attentive à la décentralisation des services

Le maire Frédéric Jean voit dans la nouvelle élue une alliée dont le parti, la CAQ, est favorable à décentralisation des services, des villes centres vers les plus petites communautés périphériques. De plus, le Gouvernement de la CAQ a annoncé en février la création de 2500 nouvelles places en CPE.

« Il faut être là! La décentralisation, c’est bon pour le CPE. C’est bon aussi pour les deux médecins que l’on veut voir s’installer dans la nouvelle clinique nouvellement aménagée. »

Une offre bonifiée

La Municipalité de Saint-François a allongé son offre pour un CPE. Elle offre un terrain et 300 000$ pour la réalisation d’une implantation. L’argent avancé par la Municipalité viendrait de ses coffres. Elle se rembourserait à long terme en monnayant auprès des entreprises les places en garderie. Une pratique que le ministère de la Famille approuverait, selon le maire Jean.

Le coût d’installation d’un CPE est de 900 000$, appuyé d’une aide de Québec de 600 000$. Le maire de Saint-François-de-la-Rivière-du-Sud regarde à cette étape-ci du dossier toutes les possibilités. Il a eu vent qu’un permis de CPE serait disponible au Québec pour l’installation d’un CPE trilingue : anglais, français, espagnol.

Une priorité régionale

En février, la MRC a dressé une liste d’actions prioritaires pour le développement de son territoire. L’installation d’un CPE dans l’Ouest de la MRC vient en 4e position.

« Nous avons besoin d’un CPE pour attirer de nouvelles familles, garder notre école en vie, d’attirer du monde à travailler chez nous et vendre des terrains », de conclure le directeur général la Municipalité, M. Rémi Montminy.

Partagez cet article
Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *